dimanche 15 juin 2008

Voir un brave taureau se faire un large tour


Se fâcher tout le jour d'une fâcheuse chasse,
Voir un brave taureau se faire un large tour,
Étonné de se voir tant d'hommes alentour,
Et cinquante piquiers affronter son audace :

Le voir en s'élançant venir la tête basse,
Fuir et retourner d'un plus brave retour,
Puis le voir à la fin pris en quelque détour,
Percé de mille coups, ensanglanter la place :

Voir courir aux flambeaux, mais sans se rencontrer,
Donner trois coups d'épées, en armes se montrer,
Et tout autour du camp un rempart de Tudesques :

Dresser un grand apprêt, faire attendre longtemps,
Puis donner à la fin un maigre passe-temps :
Voilà tout le plaisir des fêtes romanesques.

Joaquim Du BELLAY


Le premier critique taurin français?
Joaquim du Bellay séjourna à Rome de 1553 à 1557. De toute évidence, il assista à des courses de taureaux dont il donne une description dans ce sonnet 121 des Regrets. Remarquable description puisque, en sept vers (2 à 8) tout est dit, y compris une analyse poussée du comportement du taureau. Celui-ci est qualifié de brave, sa manière de charger est décrite avec précision (la tête basse) ainsi que ses hésitations, avec enfin de compte la bravoure qui prend le dessus. On croirait voir un toro brave espagnol contemporain! Joaquim du Bellay premier revistero français?

NB : Il y a de bons aficionados en Italie. En témoigne par exemple le blog
Alla cinque della sera.

2 commentaires:

bruno a dit…

Perso c'est tres beau ,mais suis plus enclin à dire que cette tauromachie est celle d'autrefois que de nos jours sauf exception .
quand au cite taurin italien ,il n'a pas grand chose à apprendre des autres ...parole de spaghetti!

ludo a dit…

exhumation de grande qualité.
"voir courir aux flambeaux , mais sans se rencontrer".
pas facile d'écrire ,après, quand on a lu ça.
un sonnet de clarines limpides.
merci m'sieur velonero.
merci m'sieur du bellay.

ludo