dimanche 1 juin 2008

Madeleine 2008 : année de transition?

Après des annonces précipitées (la fin des deux piques minimum) ou démagogiques (les histoires de callejon), les cartels de la féria de Mont de Marsan ont été rendus publics. Comme chaque année, ils sont bons. On remarque, en ce qui concerne les toros, la présence d'élevages particulièrement prestigieux : Miura, Torrestrella, La Quinta, Victorino. Difficile d'être plus ambitieux. Mais on sait qu'au Plumaçon, le problème est que bien souvent on se retrouve avec le troisième choix. Question de prix? de prestataire de service?
Coté homme, on notera deux absences surprenantes et malvenues, celles du Cid - rien moins que le triomphateur de la San Isidro - et de Fernando Cruz. Chaque année, les organisateurs attendent que la temporada soit suffisamment avancée avant d'annoncer les cartels. C'est une stratégie louable à condition d'en tirer parti. Or ni Sergio Aguilar, ni Diego Urdiales, révélations de Vic et Madrid respectivement n'ont été engagés. En revanche je me réjouis des deux contrats du Fundi, le meilleur matador du moment.
Pour les nouveaux responsables des affaires taurines montoises ce sera bien sûr une année de transition. Une année finalement sans grande responsabilité puisque si la feria est mauvaise la faute en incombera aux prédécesseurs qui l'ont pour une grande partie préparée; si elle est bonne, ils ne manqueront pas de s'en faire gloire.
Pour l'année prochaine, le lancement d'un nouvel appel d'offre a été annoncé. Cela s'impose, à moins que l'on se sente, dans la préfecture, les épaules assez larges pour tenter une gestion directe à la dacquoise. Et pourquoi pas?
Enfin, si j'ai bien compris, il y aurait dans l'air le projet d'effectuer un tirage au sort parmi les abonnés pour offrir à certains, un séjour au callejon, le temps d'une corrida. Reine d'un jour, millionnaire d'un jour, on connaît le subterfuge qui consiste à permettre au péquin moyen, le temps d'un soupir, de côtoyer les ''gens importants'', avant de le renvoyer dans les arrière cuisines ou il pourra raconter aux ''pauvres bougres qui n'ont pas eu sa chance'' comme c'était merveilleux là-bas... Cette idée me paraît tout droit sortie de l'idéologie charitable qui mange pas de pain du Modem, nouveau venu aux affaires du Moun.
La véritable place d'un aficionado, c'est dans les gradins (d'où l'on voit bien mieux et où l'on peut applaudir ou protester). Que le callejon reste l'apanage des professionnels et des pique-assiettes.

4 commentaires:

ludo a dit…

n'imorte quoi.
(je veux parler du dîner de cons organisé par les comiques du callejon montois).

ludo

bruno a dit…

Je retiens ce qui me rejouit le plus :les quatres dernieres lignes...... pour le reste peu m'importe,les choix sont l'affaire parait t'il de connaisseurs aussi bien à Mont de Marsan qu'a Dax alors..."deche ha"

RAFAEL a dit…

Pauvre de nous ! Sainte Madeleine sans LE CID, MORANTE, BAUTISTA,Sergio AGUILAR.....Remarquez l'an passé on a oublié ce GRAND TORERO DE CESAR......RINCON pour donner 2 contrats à S.CASTELLA....sinon notre compatriote il venait pas! que du bonheur!
Cette année à la place des quatre sités ci-dessus on a Enrique PONCE....., un cartel Indigne pour la Corrida de LA QUINTA ( mis à part LE FUNDI ),et notre amis Perrera pour tirer quelques lignes.
Veramos

L.L. a dit…

moi ça me plairait bien de faire des photos depuis le callejon....