mardi 11 avril 2017

Mont de Marsan 2017, les cartels de la Madeleine

mardi 18 juillet
concours landais

mercredi 19 juillet
Juan Pedro Domecq
Curro Díaz - José María Manzanares - Thomas Dufau

jeudi 20 juillet
matin : novillada sans picadors

Nuñez del Cuvillo
Enrique Ponce - Alejandro Talavante - Ginés Marín

vendredi 21 juillet
La Quinta
Juan Bautista - Ivan Fandiño - David Mora

soir : corrida portugaise

samedi 22 juillet
Torrealta
Sébastien Castella - José Garrido - Roca Rey

soir : novillada piquée

dimanche 23 juillet
Adolfo Martin
Alberto Aguilar - Emilio de Justo - Alberto Lamelas

   Ce qui domine à la lecture de ces cartels c'est une impression de conformisme. De fait, à Mont de Marsan comme ailleurs, il ne fallait pas attendre beaucoup de fantaisie de la part de la plus importante empresa actuelle (ici le duo Simon Casas - Marie Sara). Toutefois parmi les points positifs on notera l'absence du Juli et de Morante  qui devrait avoir pour conséquence une meilleure présentation du bétail et un budget plus facile à équilibrer. Tout le monde y trouve son compte, l'aficionado comme le trésorier.
    En ce qui concerne les ganaderias, on aura droit à trois fois du domecq. Je fais partie de ceux qui pensent que deux fois aurait été largement suffisant laissant ainsi une ouverture à une plus grande variété d'encastes. Du côté des hommes je me réjouis de la présence de José Garrido et de Ginés Marín. D'autres jeunes comme Roman, Javier Jimenez ou l'Arlésien Thomas Joubert auraient également pu trouver leur place dans certains cartels. Je pense en particulier à celui de la corrida de La Quinta; la terna annoncée eut été parfaite il y a quelques années mais aujourd'hui, il faut bien le dire, elle sent le réchauffé.

  PS : J'ai, pour mon malheur, visionné la vidéo de présentation des toros. On n'y voit que bichos aux cornes emprisonnées et ganaderos démagogues et autosatisfaits. On jugera sur place en juillet.


  


lundi 3 avril 2017

Gamarde




Dimanche 2 avril       Arènes couvertes       Gamarde
pluie (à l'extérieur)
lleno

6 toros de José Cruz (inégaux, 8 piques, ovation pour le 4 et le 6) pour Curro Díaz (salut, deux oreilles), Thomas Dufau (une oreille, une oreille) et Joaquin Galdos (silence, une oreille).

 Les printemps sont pluvieux en Aquitaine et lorsque, comme aujourd'hui, les averses succèdent aux averses, on se dit que Gamarde, avec ses arènes couvertes et fermées, est le lieu idéal pour accueillir la première corrida de la saison.
Les toros de José Cruz (origine domecq), inégaux de volume et d'armures, ont trop souvent péché par excès de faiblesse bien que tous aient fait preuve de mobilité et de noblesse. Le dernier, brave et puissant, fut le meilleur de l'après-midi. A noter que quasiment tous rematèrent violemment aux burladeros, le magnifique second s'y brisa une corne alors qu'on s'employait à le placer pour une intervention du sauteur landais Fabien Napias. Il fut remplacé par un toro du même fer.
Déjà à son avantage face à son premier adversaire, fade, dans une faena toute entière donnée de la main gauche, Curro Díaz fut magistral à son second. Tout ce qu'il faisait était juste, adapté, dominateur. Parar, templar, mandar, conjugués à tous les temps et à tous les modes face à un toro, médiocre au départ, qui se livre de plus en plus et finit par paraitre meilleur qu'il n'était. Deux oreilles après un mete y saca et une estocade desprendida.
Deux entières portées avec foi (témoignage de ses progrès dans cet exercice) et d'effet rapide permirent à Thomas Dufau de couper chaque fois une oreille. Il commence bien sa faena au 2bis par des droitières liées mais le toro, distrait, lui échappe en fin de faena. Même scénario avec le 5 qui, après un début par cambiadas au centre, prend bien vite la poudre d'escampette pour se réfugier aux tablas.
Joaquin Galdos, après une faena templée mais forcément sans écho au faible troisième, eut du mal à s'accorder à la charge puissante du 6.