vendredi 24 octobre 2008

Course Landaise : palmarès 2008

Concours Mont de Marsan
Cyril Dunouau
Emmanuel Lataste (sauteur)

Concours Dax
Cyril Dunouau
Guillaume Vergonzeanne (sauteur)

Championnat de France
Loïc Lapoudge
Nicolas Gachie (sauteur)

Escalot
Cyril Dunouau
Nicolas Gachie (sauteur)

Corne d'Or
Ibaneza (9 ans, origine Baltasar Iban) de la ganaderia Armagnacaise
Vache de l'avenir : Listonne de la ganaderia Deyris
Cordier d'Argent : Jacques Morandin (Dargelos)

Challenge Landes Béarn
cuadrilla Loïc Lapoudge ganaderia Dargelos

Challenge de l'Armagnac
cuadrilla Jean Marc Lalanne ganaderia Deyris

lundi 20 octobre 2008

Pepín Liria

Avec son air modeste de travailleur du campo que le costume de lumière ne parvenait pas à effacer, Pepin Liria n'avait rien d'un torero pour couvertures de magazines. Mais il nous a tant fait vibrer et a combattu tant de toros con casta y trapío que je me rejouis aujourd'hui de le savoir sain et sauf, jubilado y rico.
En hommage, simplement, quelques mots et souvenirs.


PUNDONOR

Bordeaux Floirac
dimanche 2 octobre 1994
toros de Teixeira
Richard Milian - Chamaco - Pepín Liria

señorito
VALOR

SEVILLA
Cehegín

Mont de Marsan
jeudi 24 juillet 1997
toros de Victorino Martin
mano a mano El Tato - Pepín Liria

probité
torero médiatique

MURCIA

Bayonne
dimanche 6 septembre 1998
toros de Victorino Martin
Fernandez Meca - El Tato - Pepín Liria


PAMPLONA
PEPÍN PEPÍN PEPÍN

samedi 11 octobre 2008

Les vainqueurs du Zapato de Oro

 
Voici la liste des vainqueurs du Zapato de Oro de la feria d'Arnedo (La Rioja)

2017 : El Adoureño
2016 : Leo Valadez
2015 : Alejandro Marcos
2014 : Gines Marin
2013 : Alvaro Lorenzo
2012 : Tomas Campos
2011 : Fernando Adrian
2010 : Lopez Simon
2009 : Esau Fernandez
2008 : Pablo Lechuga
2007 : Rubén Pinar
2006 : Pepe Moral
2005 : Medhi Savalli
2004 : Alejandro Morilla
2003 : Eduardo Gallo
2002 : Salvador Vega
2001 : César Jimenez
2000 : Luis Vilches
1999 : Rafael de Julia
1998 : Diego Urdiales
1997 : Miguel Abellán
1996 : Morante de la Puebla
1995 : Uceda Leal
1994 : Javier Conde
1993 : Jesús Romero
1992 : Ricardo Ortiz
1991 : Paquiro
1990 : Finito de Córdoba
1989 : Jesulin de Ubrique
1988 : Enrique Ponce
1987 : César Pérez
1986 : Jerezano
1985 : Chicuelo de Albacete
1984 : Pedro Lara
1983 : Emilio Oliva
1982 : Vicente Yesteras
1981 : Luis Miguel Campano
1980 : El Yiyo
1979 : Richard Milian
1978 : desierto
1977 : desierto
1976 : José Luis Galloso (mat.)
1975 : desierto
1974 : Rafael Ponzo (mat.)
1973 : Alvaro Domecq y Manuel Vidrié (rej.)
1972 : Rafael Ponzo

mardi 7 octobre 2008

Requiem pour une plaza de toros


L'actuelle plaza de toros d'Arnedo a certainement vécu son dernier Zapato de Oro. En effet, à quelques centaines de mètres, a commencé la construction d'un machin comme il en a poussé beaucoup en Espagne ces derniers temps. Un pabellón multiusos nommé ''Arnedo Arena'' qui aura une capacité de 6000 spectateurs, ce qui laissera beaucoup de ciment vide lorsque s'y installeront les 2000 spectateurs quotidiens des novilladas du Zapato de Oro.
En attendant les bulldozers du progrès, voici quelques photos de la vieille plaza, una plaza con sabor añejo.




photos velonero

jeudi 2 octobre 2008

Deux jours à Arnedo

Finir la temporada à Arnedo est un vrai plaisir : l'Espagne profonde et populaire, une aficion de verdad - celle qui ne prend pas les vessies pour des lanternes - fière de présenter chaque jour des novillos au trapío irréprochable devant les meilleurs novilleros du moment.
Et puis, cette année encore, pendant la traditionnelle procession, les voisins navarrais ont tenté de voler les saints du pueblo, San Cosme y San Damián, mais la vigilance des habitants d'Arnedo a réussi à les en empêcher. Le monde va donc continuer à tourner et la feria peut se dérouler sous les meilleurs auspices.

En cette fin de saison, le descastamiento des pupilles de LA QUINTA commence à devenir préoccupant. Après les 6 toros de Bilbao, voici 6 novillos sans la moindre once de caste. Ni bravoure, ni poder, ni noblesse.
Le lendemain, les novillos de JAVIER MOLINA étaient tous magnifiquement présentés. En ce qui concerne le comportement, ni bien, ni mal, regular comme on dit judicieusement en castillan.
Pour les novilleros, le passage par Arnedo est une réelle épreuve. D'abord en raison du sérieux des novillos qu'ils doivent combattre, ensuite du fait du niveau d'exigence du public local.
Ainsi, la manière de toréer marginale et abusante de pico d'Antonio NAZARE ne rencontra que silence et indifférence polie.
Mario AGUILAR montra davantage de sincérité et d'envie mais il n'y avait rien à tirer des mules de La Quinta qui lui échurent.
Juan Manuel JIMENEZ toucha,lui, les deux moins mauvais de l'après-midi et laissa une bonne impression (vuelta).
Le lendemain, le peu d'engagement et de recours de Juan Luis RODRIGUEZ laissa le public totalement indifférent.
En revanche, Javier CORTES toréa remarquablement son premier novillo. Il le reçut par des véroniques genou ployé puis réalisa une excellente faena, les mains basses, sincère et muy templada, consentant à fond la charge du novillo. Une oreille après une estocade et trois descabellos. Déjà vu plusieurs fois à son avantage à Roquefort, Javier Cortés a montré aujourd'hui une nouvelle dimension de son toreo qui en fait une des valeurs les plus prometteuses de l'escalafon novilleril.
Santiago NARANJO a toréé toute l'après-midi avec une entrega de vrai novillero. Présent aux quites, sobre et sincère aux banderilles, ne s'affligeant pas malgré plusieurs cogidas face à un sixième novillo impressionnant et pas assez piqué, il coupa l'oreille du courage et du pundonor. Lui aussi sort renforcé de sa prestation à Arnedo.

Les Sévillans ayant, semble-t-il, des soucis avec l'état de leur ruedo, je leur conseillerais de débaucher, lors du prochain mercato, les areneros d'Arnedo. Leur étonnante énergie survitaminée pourrait peut-être les aider à résoudre leurs problèmes...