mercredi 5 juillet 2017

Pampelune , poème de Patick Espagnet


Le jus de la morue
coule
sur les lèvres de la fille
Odeur d'ail et de dégueulis
Beauté d'un œil bleui
de fatigue
Rouge des lèvres
rouge de vin rouge
Sous la chemise souillée
la douche de sangria dessine les seins
pointus
comme des becs renversés
En bas le troisième noir n'en finit pas de tomber
Les peones insectes assassinent
Mouches bleues et vertes
sur la tache qui tressaute loin là-bas
dans un désert assommé
de bandas
Le soleil hurle ses vanités
de quartier
Insultes rogues des penas
Au troisième noir tombé
le soleil est le roi
Les seaux de vin rouge valsent dans des averses
d'amitié
Les pains entrouvrent leur mie comme des cuisses
et la sauce s'y glisse
A l'ombre les costumes vert de gris
s'ennuient
Le pantin en bas
Celui qu'on disait le maître
souffle avec la douloureuse envie
d'être ailleurs
De s'en aller très loin
loin d'ici
de cette cuve de viande saoule
de ce chaudron haineux
de cette marmite heureuse
Mais le soleil est lourd
avec ses grosses caisses
et ses nègres qui aiment tous
le café
La fille débraillée d'indécence
attaque le jambon avec des dents de hyène
Des sourires d'insouciance
taraudés de phallus
invisibles
Elle partage le pain et le vin
comme à la messe
Elle ne se retournera pas
vers le pantin là-bas en bas
Le soleil se fout des maîtres
Pas des noirs
Les noirs de la nuit
Arrivés en silence jusqu'à l'usine à gaz
Subreptice invasion
de tueurs maquisards
dans la ville ronflante d'insouciance
Les noirs qui sont le mal
Courir devant le mal pour savoir
le vaincre
Au plus près de son berceau de tuerie
où il détient toutes les grâces
L'encierro est une action de grâces
Un sprint de rédemption
Une éternité de huit secondes
un infini de cinquante mètres
Après il y aura le churro
le chocolat épais
Et après le clarete le pacharan et le Cuba libre
et le cochon de lait et la morue du soleil et la douche
de sangria et les prières de San Fermin et la tristesse
des tueurs
Et toujours il y a la Navarre pas avare
de ses rudesses
de ses douceurs
de ses péchés
Les bourgeois rouges et blancs
avec des enfants comme eux
vont planquer leur confessionnal pour huit jours
et tromper leurs femmes avec
des Australiennes
La morale est soudain silencieuse au fond de
la cathédrale
Tapie comme une vieille
Aux bars des bordels
les esclaves de couleur
parlent de Julio
et de pesetas avec l'accent
équatorien
Et l'on se souvient de la Conquête
En oubliant Franco
et l'humiliation
Chez les Veuves les servantes ont de petits
chapeaux
pour faire plaisir aux maquignons
et aux employés de banque gominés
A la maison du cochon
la fumée de la graisse est un brouillard
d'eau à la bouche
Chez Mauléon les costillas sont au prix du caviar
Et à l'Iruna les clones d'Hemingway
n'en finissent pas
de caresser leur barbe
comme si c'était
une grosse paire
de couilles

Patick ESPAGNET
Les Noirs
Editions Loubatières, 2002


4 commentaires:

el chulo a dit…

magnífique!

Laurent Bernede a dit…

Belle plume qu'avait Patrick que j'ai eu la chance de connaitre un peu dans ma jeunesse "Grignolaise" ..à bientôt !

Unknown a dit…

Quelle belle idée de citer Patrick Espagnet. Cela me rappelle mes 20 ans avec des soirées bien agréables et aussi parfois bien arrosées au bar le "New York" cours pasteur à Bordeaux avec Patrick Espagnet et son frère. Belle époque !
Frédéric.

atc a dit…

Magnifique poème !