lundi 28 avril 2008

Corrida-concours à Saint Sébastien

Quelques questions s'étaient posées à l'annonce du cartel de cette corrida- concours. Une corrida-concours avec uniquement des toros d'origine Domecq est-ce que cela sera intéressant? Les toreros, choisis parmi les figuras, joueront-ils le jeu du concours? Le public, enfin, ne risque-t-il pas de venir davantage pour voir les vedettes couper des oreilles que pour assister à la lidia en bonne et due forme des toros?
En route pour Saint Sébastien, j'entends, à la radio, la voix de Florence Delay qui parle du olé long et du olé court, de Garcia Lorca et de Bergamin. Je me dis que, placée sous de tels auspices, la corrida ne peut être qu'une réussite. Sans toutefois atteindre au grandiose (le olé resta court), ce fut le cas.

Le ton fut donné par Feudal de ZALDUENDO. Beau petit toro (490 kg), bien roulé, bien armé, harmonieux. Il part bien et de loin par trois fois sur le piquero (bien Aurelio Cruz) avec le défaut de sortir seul de la première pique et de ne pas s'employer totalement sous les deux autres. A la muleta, il se montre vif dans ses charges avec une noblesse piquante. (ovation à l'arrastre)
L'exemplaire de VICTORIANO DEL RIO tourne vite à la soseria. (silence)
Le toro de JANDILLA pousse bien sous trois piques mais ses départs sont laborieux car il manque de fixité. A la muleta, sa caste l'aide à porter ses 580 kilos avec une belle noblesse durant la longue et inégale faena d'Eduardo Gallo. (palmas à l'arrastre)
Le NUNEZ DEL CUVILLO est un torito invalide changé pour un FUENTE YMBRO qui sera donc toréé hors concours. Il se montrera encasté et piquant avec une forte tendance à gazapear dans la muleta vaillante de Morante de la Puebla. (oreille pour le maestro et ovation pour le toro)
Heroina de FUENTE YMBRO pousse en brave sous trois piques vers lesquelles il accourt d'un galop puissant. Mais avant de se lancer, il a, chaque fois, longtemps gratté et hésité, ce qui permet à Diego Ortiz, le picador du Juli, de donner une véritable leçon de maniement du cheval et d'appel du toro. Quel dommage qu'un tel savoir faire ne trouve, dans une temporada, que si peu d'occasions de s'employer! Toro noble (oreille pour le Juli) avec une belle mort, résistant, comme son frère le quatrième bis, jusqu'à son dernier souffle. (ovation à l'arrastre).
Le pupille d' EL VENTORRILLO est un bœuf. (pitos)
Un mot sur Morante de la Puebla qui fit la preuve durant toute la tarde de ses capacités de lidiador. Il fut parfait dans les mises en suerte et montra technique et sitio à la muleta.
Enfin, soyons réalistes, demandons l'impossible : l'an prochain, une corrida-concours avec trois Domecq, trois Santa Coloma et trois figuras.

NB : Nous avons eu aujourd'hui des piques (17) et des faenas (4 faenas complètes). C'est donc possible...même avec des Domecq. CQFD

prix au toro le plus brave : Heroína de Fuente Ymbro
prix au meilleur picador : Diego Ortiz de la cuadrilla d'El Juli
prix au meilleur peon de brega : Alejandro Escobar de la cuadrilla d'El Juli

1 commentaire:

ludo a dit…

j'approuve mot à mot.
réflexion de sortie :
"cette course , piquée et lidiée a lo corriente aurait été un pensum de plus, une vétille et un crève-coeur quand on a vu les qualités des bi et des quadrupèdes mis en valeur par ce qui devrait être le fondamental de chaque tarde."
à saragosse, même sérieux et même passion.
on respire.

ludo