jeudi 2 octobre 2008

Deux jours à Arnedo

Finir la temporada à Arnedo est un vrai plaisir : l'Espagne profonde et populaire, une aficion de verdad - celle qui ne prend pas les vessies pour des lanternes - fière de présenter chaque jour des novillos au trapío irréprochable devant les meilleurs novilleros du moment.
Et puis, cette année encore, pendant la traditionnelle procession, les voisins navarrais ont tenté de voler les saints du pueblo, San Cosme y San Damián, mais la vigilance des habitants d'Arnedo a réussi à les en empêcher. Le monde va donc continuer à tourner et la feria peut se dérouler sous les meilleurs auspices.

En cette fin de saison, le descastamiento des pupilles de LA QUINTA commence à devenir préoccupant. Après les 6 toros de Bilbao, voici 6 novillos sans la moindre once de caste. Ni bravoure, ni poder, ni noblesse.
Le lendemain, les novillos de JAVIER MOLINA étaient tous magnifiquement présentés. En ce qui concerne le comportement, ni bien, ni mal, regular comme on dit judicieusement en castillan.
Pour les novilleros, le passage par Arnedo est une réelle épreuve. D'abord en raison du sérieux des novillos qu'ils doivent combattre, ensuite du fait du niveau d'exigence du public local.
Ainsi, la manière de toréer marginale et abusante de pico d'Antonio NAZARE ne rencontra que silence et indifférence polie.
Mario AGUILAR montra davantage de sincérité et d'envie mais il n'y avait rien à tirer des mules de La Quinta qui lui échurent.
Juan Manuel JIMENEZ toucha,lui, les deux moins mauvais de l'après-midi et laissa une bonne impression (vuelta).
Le lendemain, le peu d'engagement et de recours de Juan Luis RODRIGUEZ laissa le public totalement indifférent.
En revanche, Javier CORTES toréa remarquablement son premier novillo. Il le reçut par des véroniques genou ployé puis réalisa une excellente faena, les mains basses, sincère et muy templada, consentant à fond la charge du novillo. Une oreille après une estocade et trois descabellos. Déjà vu plusieurs fois à son avantage à Roquefort, Javier Cortés a montré aujourd'hui une nouvelle dimension de son toreo qui en fait une des valeurs les plus prometteuses de l'escalafon novilleril.
Santiago NARANJO a toréé toute l'après-midi avec une entrega de vrai novillero. Présent aux quites, sobre et sincère aux banderilles, ne s'affligeant pas malgré plusieurs cogidas face à un sixième novillo impressionnant et pas assez piqué, il coupa l'oreille du courage et du pundonor. Lui aussi sort renforcé de sa prestation à Arnedo.

Les Sévillans ayant, semble-t-il, des soucis avec l'état de leur ruedo, je leur conseillerais de débaucher, lors du prochain mercato, les areneros d'Arnedo. Leur étonnante énergie survitaminée pourrait peut-être les aider à résoudre leurs problèmes...

6 commentaires:

bruno a dit…

Sincerement ,je suis heureux de te savoir "FELIZ" et a priori tu as trouve dans ce pueblo ce que ne pas s'offrir(?) l'orgueuilleuse Séville...et son mal(?) récurrent à se foutre de la tete des aficionados.
Merci y un saludo
bruno

Frédéric a dit…

Personnellement, je ne suis pas surpris du comprtement des La Quinta, car si l'on regarde de près ce que nous avons vu en France cette année. Vic Fezensac 1 toro excellent, mais juste 1 toro(concours oblige), Roquefort, lot très médiocre ,mal présenté, sans caste et sans bravoure et Mont de Marsan, 1 grand premier toro et 5 autres aux cornes suspectes et dont le comportement a été insipide au 1er tiers, et en plus les trophés ont été galvaudés et bradés par le président Marcel Garzelli au nom de ses amitiés avec les toreros, l'empressa et ses multiples amis occuppants le callejon.

velonero a dit…

Frédéric, merci pour tes commentaires. Je ne partage pas ton avis sur les courses de Roquefort et de Mont de Marsan.
Je crois que tu te prépares une temporada 2009 difficile car il paraît que les organisateurs français se sont précipités sur la prochaine camada de La Quinta : Arles, Vic (corrida complète), Mont de Marsan et ,sans doute, Roquefort. A ver...
Velonero

Frédéric a dit…

Velonero,
Merci pour ta réponse. La vérité d'une saison, n'est pas forcèment celle de la suivante, donc pour 2009, tous les espoirs sont permis. Il était évident que les Montois allait en reprendre. Ce n'est que mon opinion, mais pour moi, les meilleures courses de l'année 2008 en France sont: Escolar Gil à Vic pour les toros et Raso de Portillo à Parentis en novillada. Je mettrai aussi une mention spéciale pour les Miuras et les Pahla de Bayonne. Miura fait d'ailleurs une excellente temporada, puisque la course de Pamplona, à laquelle j'ai assisté a été en tout point remarquable. Je sais, que les courses de La Quinta de Mont de Marsan et de Roquefort ont un peu divisé l'aficion torista. Pour ma part, et cela n'engage que moi, elles n'ont pas apportés, surtout la montoise, qui selon moi a été surcoté, ce que j'étais venu chercher au 1er tiers. As tu des infos sur les ganaderias qui seraient suceptibles d'etre engagés à Vic, Parentis et Ceret.
Bien amicalement.

velonero a dit…

Le retour des Miuras à ce niveau est une bonne nouvelle pour l'aficion. Pour les Escolar Gil, il serait intéressant que leur succès, s'il se confirme, puisse asticoter Victorino Martin.
Sinon pas de nouvelle particulière, mais on peut penser que ce sera du sérieux.
Amicalement
Velonero

Anonyme a dit…

Je partage ta nostalgie pour cette placita d'Arnedo où j'ai eu la chance d'aller il a une dizaine d'années.

Rentrer depuis la rue et descendre dans les gradins fut une expérience étonnante. Vivre une novillada dans une ambiance populaire trés conviviale et joyeuse , c'était cela Arnedo...

Bronco