mercredi 10 septembre 2008

Dax (suite)

Comment on prépare un évènement
Un évènement, ça ne vient pas comme ça, par hasard. Le public, on le formate petit à petit, on l'assouplit, le décervèle, on le modèle à sa guise. Ça peut prendre des années mais on finit par y arriver. Il faut des moyens : la télé, la presse. Sans oublier, au-dessus de tout, l' idéologie simple mais efficace de notre société de con-sommation (la sommation des cons) : payez jouissez.

Par exemple, souvenez-vous.
On nous a montré en début de saison, sur France3 Aquitaine, dans l'émission Tercios, la grâce de ce toro anodin de Juan Pedro Domecq à Ecija, accompagnée des commentaires dithyrambiques de circonstance.
Quelques semaines plus tard on nous a montré Miguel Angel Perera à Olivenza alignant des passes insipides à d'insipides toros sin cara. Là encore, on nous a dit combien c'était génial.
Et puis, reseña après reseña, on nous en a décrit des faenas d'anthologie contrariées par des présidents insensibles qui n'accordent jamais les trophées demandés. Mais on les lynchera, s'il le faut, ces présidents qui empêchent les braves gens de s'amuser...
Jusqu'au jour où tout est en place. Alors en avant pour la corrida Luna park.

Comment on en rend compte
"C'était le plus petit, le moins lourd, le dernier de la famille. Un mignon minois, des yeux pleins de tendresse et des dizaines de marguerites et de coquelicots à chaque naseau." De qui s'agit-il donc? Du petit chat qu'on vient d'offrir aux gosses? Du gentil toutou à sa mémère? De l'agneau qui vient de naître? Vous n'y êtes pas, il s'agit de Desgarbado, le toro gracié à Dax vu par la plume de Vincent Bourg "Zocato" dans sa reseña publiée par le journal Sud Ouest.
Mais la symphonie pastorale s'arrête là, Vincent Bourg ne peut maîtriser ses vieilles rancœurs. C'est que, malgré le travail de sape, il reste encore des aficionados, ces empêcheurs de tourner en rond. Alors une guerre ouverte leur est déclarée : "Les coupeurs de cheveux en douze diront, les soirs de tertulia d'hiver, quand il pleut froid sur nos bonheurs d'été qu'il ne prit qu'un léger picotazo,un quart de lance, à peine une boutonnière. Et ta sœur! Eh bien, elle bat le beurre de joie depuis hier soir où..." Des propos déplacés, choquants, vulgaires, méprisants. Mais qui ont un mérite, celui d'exclure les aficionados de l'évènement.

4 commentaires:

bruno a dit…

Companero excellent.Il est au travers de la gènétique, des choses qu'il suffit de stimuler ,c'est le fait des politiques et de quelques trublions en quete de notoriete ,ainsi va notre monde pervers.
Par contre la suffisance n'appartient qu'a une pseudo elite ,des chroniqueurs frustres et qui se complaisent à etaler leurs propos peu respectueux à l'egard de gens payant leur place aux gradas ou ailleurs et refusent le stereotype,la taylorisation des mentalites.

Anonyme a dit…

merci

ludo a dit…

bien vu, bien "détricoté".
je vois que ta rentrée se fait sous des auspices incisifs.
vamos !
cordialement et amicalement

ludo

Frédéric a dit…

Très bien vu et tout à fait réaliste. Bravo!!!!