jeudi 15 mai 2008

Vic Fezensac 2008 : des toros et une révélation (2)

Un sujet d'inquiétude tout d'abord : chaque jour quelques centaines de places non vendues. Une récrimination ensuite : sauf pour la corrida-concours, des programmes rares et indigents (pas d'ordre de sortie des toros, pas d'information sur les toros de réserve, composition des cuadrillas absente).
Deux bonnes corridas
Je n'ai pas assisté à la corrida d'Adelaida Rodriguez. De l'avis général, elle fut très décevante.
En revanche les MARGE continuent de marquer des points. Ils ont pu profiter les années précédentes de l'absence de certains élevages espagnols en raison de la langue bleue mais aujourd'hui que les restrictions ont disparu ils s'imposent par leurs qualités propres. Un lot à la bravoure supérieure à celui de l'an dernier. La combativité des six toros s'exprima dès leur sortie des chiqueros, ce qui permit aux trois matadors de pouvoir vraiment toréer dans les séries de véroniques de réception, chose rare et qui mérite d' être portée au crédit de l'élevage (et des toreros bien sûr). Ils prirent une quinzaine de piques dures sans le moindre signe de faiblesse puis se montrèrent encastés au dernier tiers. Seul le cinquième qui avait pourtant fait une sortie spectaculaire se dégonfla très vite. La première pique le laissa tout à ses pensées sur la cruauté du monde et il refusa dès lors de charger. Le fils de l'éleveur fut appelé par le public à saluer en fin de course.
Mais les ESCOLAR GIL du lundi furent meilleurs encore. Ce fut un lot d'une remarquable homogénéité : trapío, bravoure, caste, noblesse même pour certains. Tous furent arrastrés sous l'ovation et il y eut pétition de vuelta pour le second. La feria se termina dans l'allégresse par le tour de piste du mayoral.
EL FUNDI, c'est l'art du sitio, le dominio, le temple aussi bien à la muleta qu'à la cape, et bien sûr un fameux tueur. Un des meilleurs toreros actuels. Il tira tout le parti possible de ses Margé (deux oreilles, une à chaque toro).
RAFAELILLO fut convaincant à son premier Margé (une oreille) et ne put rien faire à son second, parado.
JULIEN LESCARRET, déstabilisé à la cape par son premier adversaire, le laissa maître de la situation jusqu'à la fin. Il se racheta au dernier de l'après-midi, le meilleur du bon lot de Margé. Belle réception à la cape, bon début de faena et belle estocade très engagée (une oreille). Le reproche que l'on peut faire à Julien est de n'avoir pas, sur la fin de la faena, tiré tout le parti possible du toro.
FERNANDO CRUZ, après tant d'autres, dont Rafaelillo l'an dernier, fut atteint par le syndrome de Madrid, une affection qui ne sévit qu'à Vic, lorsque les toreros doivent toréer le lendemain ou le surlendemain à Madrid pour la San Isidro.
SERGIO AGUILAR fut une authentique révélation. Il commotionna les gradins par la douceur de son toreo et son engagement qui semble relever d'une force surnaturelle. Sa tauromachie s'inscrit dans la lignée des toreros mystiques tels Manolete ou actuellement José Tomas et on a envie de dire à son sujet ce que Guerrita disait à propos de Belmonte : ''Dépêchez-vous d'aller le voir car on ne peut toréer ainsi''. Ce qui a accru mon émotion, c'est sans doute aussi le fait que je l'ai revu tel qu'il m'était apparu il y a neuf ans lorsque je l'avais vu pour la première fois novillero à Roquefort : même concept du toreo, même mépris de son corps et du danger. Pourtant entre temps les épreuves se sont accumulées : blessures graves dont une au genou qui le tint longtemps éloigné des ruedos, retour à l'anonymat, corridas rares et dures. Mais, s'il y a un peu de justice dans le monde des toros, il serait logique que les quelques postes non encore pourvus dans nos cartels de cet été, ou les substitutions, lui soient attribués. Ce qui est sûr c'est que chaque spectateur est sorti des arènes de Vic avec le désir de le revoir au plus tôt.
photo : naturelle d'El Fundi à un Margé

2 commentaires:

ludo a dit…

je me permets de vous envoyer un lien vers le blog que j'ai "inauguré" il y a peu.
sachez aussi que votre oeil contraire mais acéré, attentif et intelligent m'a aidé à mettre la patita palante.
vos commentaires et votre participation sont donc les bienvenus.

http://pinchosdelciego.blogspot.com/

ludo

velonero a dit…

merci et enhorabuena ludo