samedi 8 décembre 2007

Coup de canif dans le dos

Il n'y a quasiment plus de chômage; tous les hère-aimistes ont trouvé un emploi de smicard; grâce au camarade Nicolas S. tous les smicards font des heures supplémentaires pour pouvoir s'acheter, un jour, ce qu'ils voient à la télé; dans les appartements douillets des cités calmes et tranquilles les jeunes étudient pour devenir médecins, enseignants, ouvriers qualifiés, artistes.
Alors messieurs Jean Pierre Brard, Jean Jacques Candelier et Daniel Paul, députés communistes de Seine Saintdenis, Nord et Seine Maritime
s'ennuient dans la satisfaction de la tâche accomplie. Mais non...il existe encore des peuplades primitives, plus au sud, qu'il faut amener aux bienfaits de la civilisation. Des paillards, des fêtards, des amateurs de corrida sans foi ni loi. C'est un scandale! Enfin une raison d'agir. Il faut changer cela, se disent-ils.
Voilà, c'est un peu triste, probablement sans réelle importance.
Avec même un petit côté suicidaire pour cet ancien grand parti qui compte aujourd'hui son pourcentage d'électeurs sur les doigts d'une seule main et dont l'un des derniers maires d'une commune d'importance est celui... d'Arles, la ville la plus taurine de France.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je relève dans votre savoureux texte une erreur de nombre. Il aurait fallu en effet écrire "compte aujourd'hui son pourcentage d'électeurs sur LE doigt d'une main".