dimanche 4 mars 2007

Afeitado

Une des plaies de la corrida est la pratique de l'afeitado. Il s'agit même d'une véritable perversion de l'art taurin puisqu'il en dénature complètement le sens. Dès lors que le toro est privé d'une partie de ses défenses naturelles, la corrida n'est plus qu'une parodie d'elle-même. Il lui manque ce qui en fait la substance: l'affrontement avec la mort. Car cette idée de mort s'incarne parfaitement dans l'armure astifina du toro de combat. Et même si l'on sait qu'une corne afeitée peut tuer, il manque et manquera toujours à ce qui est fait devant un animal aux armures réduites le sentiment du tragique. Le spectacle le plus extraordinaire du monde devient alors un divertissement ridicule et honteux.
Pour lutter contre cette pratique les principales villes taurines françaises ont décidé de faire analyser certaines cornes des toros combattus dans leurs arènes. L'initiative est louable mais on a l'impression que nos élus n'ont accompli qu'une partie du chemin. Car, si j'ai bien compris le système, un éleveur a la possibilité d'envoyer dans nos arènes 5 toros afeités sur 6 sans encourir la moindre sanction: 2 toros arreglados + 2 toros afeités non analysés + 1 toro reconnu afeité par l'analyse. Je ne vois pas, dans ces conditions, où se situe la lutte contre l'afeitado.
Toutefois ces contrôles ne sont pas sans mérites. Les analyses semblent pratiquées avec sérieux et rigueur et elles donnent lieu à une publication officielle, ce qui permet de mettre en évidence les arènes et les éleveurs qui respectent leur public. Pour consulter les résultats officiels voir le site de l'UVTF ou celui de l'ANDA .
Pour 2006, les arènes qui ont présenté le plus de toros manipulés (toutes catégories confondues: arreglo, une corne, deux cornes) sont Bayonne et Dax avec douze toros chacune. Il est à noter que Nîmes, en raison de son riche passé et présent, est hors-concours.
La plus respectueuse de l'éthique de la corrida a été Vic Fezensac (1 toro arréglé).
Les élevages qui ont le plus manipulé les cornes de leurs toros:
Antonio Bañuelos 6 (tous arreglados, muy listo el señor Antonio)
Garcigrande 5
Adelaida Rodriguez 5
Victoriano del Rio 5
Mercedes Perez Tabernero 4
Auxquels il faut ajouter El Pilar, pris par la patrouille de Nîmes, pourtant peu zélée.
Enfin honneur aux élevages qui ont fourni des corridas limpias:
Salvador Domecq (Bayonne)
Samuel Flores (Dax)
Francisco Galache (Vic Fezensac)
Hoyo de la Gitana (Vic Fezensac)
Robert Margé (Mont de Marsan)
Sanchez Arjona (Béziers)
Yonnet (Arles)

Personnellement, je tiendrai compte de ces résultats au moment de passer - ou pas - à la taquilla.

Aucun commentaire: