vendredi 5 novembre 2010

Bilan 2010

Ma corrida rêvée

6 toros de Baltasar Iban 6
Curro Díaz
Rafaelillo
Diego Urdiales



Un artiste, Curro Díaz, qui est aussi capable à l'occasion de se montrer valiente y poderoso (voir LA corrida de Madrid). Bien sûr Morante de la Puebla aurait pu entrer dans mon cartel de rêve mais, depuis qu'il s'est acoquiné avec Cayetano, il passe l'essentiel de sa temporada devant les chèvres de Juan Pedro et de Zalduendo... ça réduit l'intérêt.

Un vaillant, Rafaelillo, qui sait aussi toréer avec temple et douceur comme il le fit cette année à Madrid face aux Dolores Aguirre ou à Mont de Marsan face aux Miura. Je reconnais que c'est trop souvent la brusquerie qui l'emporte chez lui, il est alors beaucoup moins convaincant comme ce fut le cas en octobre face aux Cuadri de Saragosse. Trouver la bonne mesure, le bon tempo, c'est la terrible difficulté à laquelle sont confrontés les belluaires lorsqu'ils doivent passer, parfois dans une même après-midi, d'un toreo de combat nécessairement heurté à un toreo de velours lorsque le toro le permet. C'est la grandeur de Rafaelillo d'y réussir parfois et c'est l'absolue grandeur du toreo que d'accomplir cette transmutation avec un même toro.

Un pur classique enfin, Diego Urdiales, austère, sincère, maduro. De ceux qui, avec un minimum de gestes, obtiennent un maximum d'effet. " Le torero, de même, cherche à obtenir le plus d'effets possible sur son adversaire en utilisant le minimum de moyens : minimum de leurre, de temps, d'espace, de mouvements, etc. Ce principe d'économie - ''le plus par le moins'' - est le premier secret de la beauté plastique du toreo, que ce soit au niveau du geste, de la passe, de la série, ou de la faena toute entière." (Francis Wolff)
Diego Urdiales ne pose pas dans les magazines mais il torée bien mieux que tous les pipol-toreros réunis.

2009
2008
2007

2 commentaires:

ludo a dit…

pas mal. bien même. me apunto.
un abrazo;

ludo

Anonyme a dit…

Y , con su permiso, como sobresaliente : Alberto AGUILAR !

Je réserve en seguida à CERET .... ou ALÈS, ou ailleurs !
Abrazo de Pedrito