mercredi 29 septembre 2010

Les animalistes cocufiés

Le 22 septembre dernier, en votant à une large majorité une loi qui blinde les correbous, le parlement de Catalogne espagnole a fait un sacré doigt d'honneur aux animalistes. Vous pouvez retourner à vos salades, nous n'avons plus besoin de vous.
Il est maintenant clair pour tout le monde que les larmes versées sur les pauvres toros de corrida par le parlement catalan en juillet n'étaient que des larmes de crocodile. La corrida devait être prohibée uniquement parce qu'elle symbolise la culture espagnole. Les correbous qui, eux, sont présentés comme authentiquement catalans sont autorisés. Cette catalanité aux relents nauséabonds est en droit d'inquiéter le citoyen autant que l'aficionado. Elle ne me dit rien qui vaille et c'est sans états d'âme que je boycotterai cette partie de la Catalogne le jour où les corridas auront été définitivement supprimées de son territoire.
Le paradoxe dans cette histoire c'est que si l'on en croit les expériences du professeur Juan Carlos Illera le toro brave souffre très peu durant sa lidia dans l'arène en raison des endorphines qu'il produit durant le combat alors que toutes les situations de stress liées au transport et à la contention sont les moments où il souffre le plus.

Aucun commentaire: