dimanche 9 novembre 2008

Pour la beauté du geste


photographies de Jacques Valat



avant-propos de Bernard Manciet



éditions Loubatières 1993



Un "beau livre" sur la course landaise. Chose rare car les coursayres ne sont pas forcément amateurs de ce genre de petites sophistications de bourgeois.
Le résultat est ici de haut niveau puisqu'il conjugue les talents de Bernard Manciet et de Jacques Valat et bénéficie par les éditions Loubatières d'une mise en page soignée.
En guise de Cazérienne, le poète gascon nous offre une évocation lyrique et historique de la course landaise. On y retrouve les figures des femmes, brodeuses de boleros ou tenaces ganaderas comme Adèle Pabon. Celles des écarteurs les plus célèbres et, bien sûr, un hommage aux vaches de la course landaise, ces déesses.
"Elle sort, elle jaillit de la loge. Elle renifle, essaie de voir un peu ça, dépaysée au milieu de ces cercles mouvants de coloris; elle cherche son domaine, entre la courbe de l'ombre et le barbouillage des bérets, des canotiers et des robes au soleil. Elle est légère, elle est hardie, un peu folle; elle sent sa noblesse de race, et sa primauté; ardente, et son pelage luit; prête à bondir, sur ce sol fauve qu'elle ignore, trop raplapla, trop chic; et très chic elle aussi, sur ses pattes soudain de défilé de mode; rapide, mais sans ostentation; vive, mais avec quelque retenue; un peu hautaine, tant soit peu dédaigneuse, mais sans l'arrogance des mâles stupides. Tout en elle dénote l'intelligence."
Jacques Valat vit et travaille actuellement en Aragon. Au-delà des ''belles photos'' d'écarts et de sauts, il a su capter gestes, regards et attentes propres à la course landaise. Outre les écarteurs du début des années 90, on retrouve, pour le plaisir du souvenir, de magnifiques portraits de Ramuntchito et Ramuntcho en fin de carrière.
Un beau livre sur la course landaise.

3 commentaires:

ludo a dit…

manciet.
troubadour des alios où fouille la corne.
gracias cher velonero pour le rappeler.

ludo

Bernard GRANDCHAMP a dit…

Cher Velonero,

"Pour la beauté du geste"!... Au fond, n'est-ce pas tout simplement pour cela que luttait l'ANDA - dont CamposyRuedos nous apprend qu'elle vient de "mettre la clé sous la porte"?... On ne peut - modestement mais fermement - laisser un tel flambeau sans le reprendre... Que faire? D'abord être concret: et si nous commencions par nous concerter via Internet - et via CyR?...
Suerte para todos - Bernard GRANDCHAMP

bruno a dit…

Si la Corrida va à la dérive,je vais poser mes yeux sur notre culture et deviendrai Coursayre,
j'en suis la belle évolution.
Un saludo "en dedans" companero.