jeudi 29 octobre 2015

Liste des traités de tauromachie à pied



   Cette liste n'est pas exhaustive, elle prend en considération les principaux ouvrages de langue espagnole jusqu'à la somme que constitue Los Toros de Cossío.



   - Diego Ramírez de Haro
     El tratado de la brida y jineta y de las caballerías que en entrambas sillas se hacen y enseñan a los caballos y de la formas de torear a pie y a caballo
     XVIe siècle   dernière édition 1961
Nous sommes à l'époque où le toreo à cheval pratiqué par les nobles est à son apogée. De nombreux traités paraissent au cours du XVIe et XVIIe siècles. L'auteur de celui-ci, pratiquant reconnu, envisage le cas où le cavalier tombé de sa monture doit terminer la lidia à pied.

   - Anonyme
     Cartilla en que se notan algunas reglas de torear a pie, en prosa y en verso
     manuscrit, bibliothèque d'Osuna,   fin XVIIe siècle   édité en 1960
Premier réel traité de tauromachie à pied cette cartilla, restée à l'état de manuscrit, pose les principes du cargar la suerte et de l'estocade a recibir. Elle a été publiée par la Unión de Bibliofilos Taurinos en 1960 (collection Carmena 3)

   - Eugenio García Baragaña
     Noche fantástica, ideático divertimiento que demuestra el método de torear a pie
     Madrid, 1750   dernière édition 1960 (avec la Cartilla)
Il s'agit du premier traité de tauromachie à pied imprimé. García Baragaña s'inspire largement de la Cartilla d'Osuna dont il a eu connaissance.

   - José Daza
     Precisos manejos y progresos condonados en dos tomas, del mas forzoso peculiar del arte de la Agricultura, que lo es del toreo, privativo de los españoles
     manuscrit 1778   dernière édition 1999
Daza avait été un varilarguero réputé. Son ouvrage permet de mieux comprendre la tauromachie du XVIIIe siècle encore mal définie entre les vestiges de la tauromachie équestre de l'aristocratie et les influences populaires des traditions navarro-aragonaises d'un côté, andalouses de l'autre.
     
   - José Delgado "Pepe Hillo"
     Tauromaquia o arte de torear
     Cadiz, 1796    Madrid, 1804
C'est José de la Tixera qui tient la plume. L'ouvrage, typique du siècle des Lumières, recense et classe tout ce que l'on doit faire dans une arène pour mener à bien la lidia des toros.

   - Francisco Montes "Paquiro"
     Tauromaquia completa
     Madrid, 1836
Cette fois ce serait le journaliste Santos López Pelegrín "Abenamar" qui aurait apporté sa collaboration à l'écriture. L'œuvre est si bien conçue qu'elle servira de matrice à tout ce qui s'écrira ensuite au XIXe siècle.
   
   - José Sánchez de Neira
     El toreo : gran diccionario tauromaquico
     Madrid, 1879  2 volumes    dernière édition 1988
Contient le premier dictionnaire taurin d'importance.

   - Sánchez Lozano
     Manuel de tauromaquia
     Sevilla, 1882
Outre son aspect technique, le livre comprend une partie encyclopédique avec des notices sur les toreros, les toros célèbres, les plazas de toros.

   - Rafael Guerra "Guerrita" (sous la direction de), Leopoldo Vázquez, Luis Gandullo, Leopoldo López de Saa
     Tauromaquia
     Madrid, 1896  2 volumes

   - Amós Salvador
     Teoría del toreo
     manuscrit, 1908    Madrid, 1962    dernière édition 2000
Ecrite en 1908, publiée une première fois dans le journal La Voz en 1933, puis en 1962 sous forme de livre par la Unión de Bibliófilos Taurinos, l'œuvre du Riojano fait aujourd'hui autorité en ce qui concerne le toreo de la période pré-belmontine.

   - Tomas Orts y Ramos "Uno al Sesgo"
     El arte de ver los toros
     Barcelona, 1928    dernière édition 2000
Prend en compte les apports de Joselito et Belmonte.

   - José María de Cossío
     Los Toros tratado técnico e histórico
     Madrid, 1943-1961
On dit le Cossío et c'est tout dire!
   

Afficher l'image d'origine
     
     
   















Les quatre premiers volumes constituent l'édition de base.
L'édition complète actuelle en comprend 12.
Il existe également une version condensée en deux volumes.

mardi 6 octobre 2015

Le sacre d'Alexandre Duthen

 





















 Le championnat de France des écarteurs, épreuve au long cours qui réunit les meilleurs écarteurs de la saison face aux meilleures vaches, voit toujours la victoire de celui qui aura su être le plus régulier et le plus lucide tout au long de l'après-midi. Ce fut encore le cas cette année à Mont de Marsan avec le premier titre d'Alexandre Duthen qui, à 25 ans, a atteint la maturité lui permettant d'exprimer sa grande classe d'écarteur et de dominer vaches et adversaires.
   Mais la compétition n'est jamais aussi passionnante que lorsque plusieurs écarteurs peuvent jusqu'au dernier moment prétendre au titre, et le final à suspens de cette édition 2015 fut des meilleurs crus. Au début du dernier tiers de la course, avant la sortie des quatre "tueuses" Aloha (Deyris), Paquera (Armagnacaise), Fidelia (Dargelos) et Ibiza (Deyris), cinq écarteurs sur six pouvaient encore raisonnablement caresser l'espoir de brandir à la fin de l'après-midi le bouclier du vainqueur. Seul Vincent Muiras bien qu'aguerri en mille batailles (8ème participation et dernière annoncée) avait pris un départ trop laborieux pour pouvoir inquiéter. Et lorsque Mathieu Noguès se fit sèchement éliminer par Paquera il restait encore quatre prétendants. Tourniquets, intérieurs, Loic Lapoudge, toujours plein de panache, tente le tout pour le tout, mais il sera plusieurs fois sévèrement touché. C'est finalement Ibiza la nouvelle et redoutable corne d'or qui rendra son verdict. Duthen, en pole position, assure par deux extérieurs remarquables dont le premier en sortie de loge. Pour espérer le devancer, les autres doivent impérativement tourner deux fois à l'intérieur et, devant une telle vache, c'est quasiment mission impossible. Thomas Marty, très concentré tout au long de l'épreuve, réussit le premier d'un cheveu, la tension est à son comble, mais il mordra durement la poussière lors de sa seconde tentative. Alexandre Duthen, qui est par ailleurs le meilleur écarteur de la saison (vainqueur de l'Escalot) sera, en toute logique, le nouveau champion de France.

Classement
   1 - Alexandre Duthen 150 p.
   2 - Thomas Marty     142 p.
   3 - Cyril Dunouau     136 p.
   4 - Loïc Lapoudge     132 p.
   5 - Vincent Miuras    115 p.
   6 - Mathieu Noguès   abandon


 Coup de théâtre chez les sauteurs, Fabien Napias et David Laplace se disputent le titre face à Folga (Deyris) mais ils sont pris tous les deux, laissant le succès à Guillaume Vergonzeanne en embuscade, très heureux de profiter de l'aubaine. A noter les bons débuts du jeune Etienne Grenet.
   1 - Guillaume Vergonzeanne 76 p.
   2 - Fabien Napias      73 p.
   3 - David Laplace      71 p.
   4 - Etienne Grenet      69 p.